Projet "Garantir les droits fonciers et mettre fin à l'exclusion des femmes".

Bénéficiaire : Trocaire
Pays : Ouganda

Vue d'ensemble

En Ouganda, Trócaire s'est associé au Land Equity Movement of Uganda (LEMU) et à la Soroti Catholic Diocese Integrated Development Organization (SOCADIDO) pour mettre en œuvre le projet Securing Land Rights and Ending Gender Exclusion. Ce projet s'est attaqué aux déséquilibres de pouvoir entre les hommes et les femmes pour prévenir et répondre à VBG, et a amélioré les droits fonciers et de propriété en Ouganda.

Résumé de l'impact

28,493

Bénéficiaires directs et indirects du projet

142

Personnes formées à la prévention VBG

54%

Des participants sont maintenant plus conscients de VBG grâce au projet.

Contexte de la situation

Dans le nord-est de l'Ouganda, où la terre est une source de richesse et de pouvoir, la plupart des gens ont des droits sur leurs terres par le biais de régimes fonciers coutumiers. Des normes sociales néfastes, selon lesquelles les femmes ne peuvent pas posséder de terres ou les veuves n'ont pas le droit de rester sur la terre conjugale après la mort de leur mari, ont été utilisées pour justifier l'accaparement des terres par les femmes. Une étude indique que 85% des veuves de cette région connaissent des conflits fonciers dans les six premiers mois de leur veuvage, et une autre a révélé que 58% des femmes divorcées ont connu des conflits fonciers. Lorsque les femmes cherchent à faire valoir leurs droits fonciers, elles risquent de subir de nouvelles violences psychologiques, émotionnelles ou physiques. Les arbitres de la justice foncière et la communauté dans son ensemble sont souvent insensibles aux violations subies par les femmes, et moins de cinq pour cent des conflits sont résolus par un tribunal.

Approche du projet

Trócaire et ses partenaires ont adapté l'approche SASA ! Faith, une méthodologie éprouvée qui s'attaque aux déséquilibres de pouvoir entre les hommes et les femmes pour prévenir et répondre à VBG, pour améliorer les droits fonciers et de propriété en Ouganda. Ils ont aidé les femmes à documenter leurs droits fonciers en formant les chefs coutumiers et communautaires à utiliser un mécanisme alternatif de résolution des conflits (ADR) sensible au genre pour résoudre les conflits fonciers. Pour s'assurer que les femmes exercent leurs droits et sécurisent leur occupation, le projet a encouragé l'utilisation de l'application MyGPS pour vérifier et déterminer les frontières dans le cadre du système coutumier, puis a documenté les droits fonciers des femmes par une démarcation sensible au genre. En outre, l'équipe du projet a facilité les dialogues communautaires sur VBG et les normes sexospécifiques néfastes, et a fourni un accès à des services d'orientation actualisés aux survivants de VBG .

Apprentissage notable

Au cours des deux années de mise en œuvre du projet, Trócaire et ses partenaires ont aidé 53 femmes et 87 hommes à documenter et à délimiter un total de 356,83 acres de terres. Les activistes communautaires et les chefs de clan ont également organisé des séances de sensibilisation qui ont permis à 4 191 personnes d'acquérir les compétences et les connaissances nécessaires pour délimiter et documenter leurs terres à l'aide de méthodes coutumières. L'ADR a été utilisé pour résoudre avec succès des litiges fonciers pour 98 hommes et femmes d'une manière qui a permis aux deux parties de continuer à coexister pacifiquement en tant que voisins ou familles.

À la fin du projet, 73% des femmes et 71% des hommes interrogés dans les communautés cibles ont déclaré qu'ils n'acceptaient pas l'inégalité des sexes ou les comportements qui mènent à VBG, soit une augmentation de plus de 60% par rapport au début du projet. Suite aux sessions de formation visant à sensibiliser à la prévention de VBG , un chef de clan masculin a déclaré,

"Il est vrai que les femmes comme les hommes peuvent subir des violences, mais il est clair que les femmes courent un risque plus élevé, et nous, en tant qu'hommes, devons le reconnaître et voir comment mettre fin à ce cycle."

- Chef de clan masculin

Parmi les normes sociales positives qui ont été plus largement adoptées grâce au projet, citons le droit des femmes et des filles d'hériter des biens de leurs parents ou de leurs maris, ainsi que la croyance en la responsabilité collective et la prise de décision au sein des ménages. 

Vidéo

Rapport de projet

Quitter la grille

Contenu connexe

Quitter la grille