Accueil / Le Réseau des femmes africaines pour la gestion communautaire des forêts (REFACOF) : Donner aux femmes africaines les moyens d'influencer la REDD+

Le Réseau des femmes africaines pour la gestion communautaire des forêts (REFACOF) : Donner aux femmes africaines les moyens d'influer sur REDD+

Auteur :

Organisation :

Citation :

Disponible en

Synopsis

Le Réseau des Femmes Africaines pour la Gestion Communautaire des Forêts (REFACOF) vise à apporter des contributions concrètes, significatives et efficaces à la gouvernance forestière afin d'influencer les politiques nationales et les cadres internationaux concernant les droits et la tenure des femmes dans les pays membres. Selon le droit coutumier africain, les femmes possèdent rarement des terres ou en héritent, et la seule façon dont elles peuvent y accéder est par le mariage ou par l'intermédiaire de leurs enfants mâles. Grâce à son travail de plaidoyer, REFACOF a pu proposer au gouvernement et au parlement des articles et des politiques forestières qui tiennent compte des intérêts des femmes et qui, en fin de compte, garantiront les droits des femmes dans la sylviculture et la gestion des ressources naturelles, ainsi que la REDD+ dans les années à venir. Le manque d'action collective parmi les organisations de femmes était un problème urgent qui a conduit REFACOF à mettre en place des interventions stratégiques de développement au niveau national et régional. En renforçant les réseaux de femmes et en s'associant aux hommes pour qu'ils puissent plaider en faveur d'une égalité globale entre les sexes, ce qui profite au bien-être général de la communauté, le REFACOF a clairement montré que les situations inéquitables ne sont pas une option.

Haut de page

La prise en charge d'Internet Explorer 11 a pris fin le 15 juin 2022.

Nous vous recommandons d'utiliser l'un de ces navigateurs :

Tweets by @IUCN_Gender

En utilisant ce site, vous consentez à l'utilisation de cookies et de technologies similaires pour améliorer votre expérience d'utilisateur. Pour plus d'informations, veuillez consulter notre section juridique