RESIST : Les femmes défenseurs des droits de l'homme en matière d'environnement au Népal résistent violence basée sur le genre

Bénéficiaire de subvention : DanChurchAid, National Indigenous Women's Federation, Dalit Women's Rights Forum
Pays : Népal

Vue d'ensemble

Ce projet s'attaquera au site violence basée sur le genre qui affecte les groupes de femmes marginalisées (les femmes indigènes Tharus exploitées dans le cadre de pratiques de travail servile et les femmes Dalit confrontées à une discrimination fondée sur la caste) qui sont engagées dans la protection, la gestion et l'utilisation des forêts communautaires afin de permettre la conservation des ressources forestières et de faire respecter les droits de l'homme. Ces femmes sont victimes de harcèlement et d'abus physiques/verbaux de la part des forces de sécurité des zones protégées, tout en étant confrontées à la violence des personnes impliquées dans l'exploitation forestière illégale. Le projet s'attaquera à ces défis afin de garantir aux femmes un accès sûr aux ressources forestières pour contribuer aux objectifs d'adaptation et d'atténuation du climat, tout en travaillant avec des journalistes sur des récits centrés sur les survivants afin de mettre les problèmes en lumière.

Résultat visé

Les femmes sont plus autonomes et plus à l'abri de violence basée sur le genre pour s'engager dans la gestion et la protection des forêts.

Engagement communautaire prévu

Renforcement des capacités de 5 000 personnes - membres de 50 groupes d'utilisateurs de forêts communautaires contre violence basée sur le genre dans la gestion des forêts communautaires ; soutien à 375 femmes défenseurs des droits de l'homme dans le domaine de l'environnement

Portée prévue

Le projet vise à atteindre 48 047 membres de la communauté par le biais de campagnes de sensibilisation.

Contexte de la situation

Dans le district de Kailali au Népal, la communauté autochtone Tharu et les migrants des collines Dalit ont toujours été marginalisés et exploités bien qu'ils représentent un pourcentage élevé de la population. Les Tharu sont exploités par le biais des pratiques Kamaiya et Kamlari (travail en servitude) et les Dalit sont confrontés à une discrimination fondée sur la caste. Bien que ces pratiques soient interdites par le gouvernement, elles sont encore courantes, en particulier à l'encontre des femmes, qui jouent un rôle essentiel dans la gestion et l'utilisation des ressources naturelles des forêts communautaires pour leur subsistance et leur alimentation. Les femmes sont également victimes de harcèlement verbal et d'abus physiques de la part des gardes forestiers qui leur interdisent l'accès aux forêts, ce qui les empêche de se procurer les produits ligneux et non ligneux dont elles ont besoin. Elles subissent également des violences lorsqu'elles sont confrontées à des bûcherons illégaux et à des braconniers. Dans les groupes communautaires d'utilisateurs de la forêt, les femmes sont découragées et empêchées de participer à la prise de décision, et sont victimes de harcèlement et de violence pour les tenir à l'écart. 

Approche du projet

DanChurchAid (DCA), en collaboration avec la Fédération nationale des femmes indigènes (NIWF) et le Forum des droits des femmes dalits (DWRF), lance RESIST. Le projet complète les efforts de conservation de l'environnement menés par les groupes d'utilisateurs des forêts communautaires ciblés et s'adresse à violence basée sur le genre afin que les femmes et les filles puissent accéder en toute sécurité aux ressources forestières et contribuer ainsi à l'adaptation au changement climatique et à l'atténuation de ses effets. Les partenaires du projet travailleront en coordination avec le bureau de la division des forêts du ministère de l'environnement et des forêts pour intégrer violence basée sur le genre la prévention, l'atténuation et la réponse dans les politiques afin d'aider à protéger les femmes Tharu et Dalit engagées dans la protection, la gestion et l'utilisation des forêts. Le projet travaillera également avec des journalistes sur des récits centrés sur les survivants afin de sensibiliser le public tout en identifiant et en mobilisant des champions masculins au sein des groupes d'utilisateurs des forêts communautaires afin de promouvoir l'égalité des sexes et de s'abstenir de recourir au harcèlement et à la violence pour empêcher les femmes de prendre des décisions.