L'autonomisation par les ressources : Lutter contre la violence dans le cadre de la transition écologique

Bénéficiaire : ASEFA, GIRENAD, SOFEDI, HHI
Pays : République démocratique du Congo

Vue d'ensemble

Les sites d'exploitation minière artisanale et à petite échelle (ASM) de l'est de la République démocratique du Congo (RDC) produisent jusqu'à 70 % des minerais qui alimentent l'écologisation de l'économie mondiale par le biais de technologies propres, notamment les minerais "3T" : l'étain, le tantale et le tungstène. Pourtant, les sites d'ASM sont également des lieux où les femmes, qui représentent 50 % de la main-d'œuvre, sont confrontées à des niveaux scandaleusement élevés d'exploitation sexuelle et économique. S'appuyant sur un projet pilote réussi de RISE appelé "Resource-ful Empowerment", cette intervention utilise l'éducation et la mobilisation des communautés locales pour traiter le problème violence basée sur le genre (VBG) tout en promouvant la durabilité environnementale de l'exploitation minière dans les communautés qui produisent des minerais à "énergie verte". 

Résultat visé

Créer des sites justes, équitables et sûrs pour que les femmes puissent réaliser leur potentiel économique dans les sites miniers 3T qui alimentent la transition verte.

Portée prévue

Portée directe prévue : 855 participants directs au projet dans 9 sites miniers ; une cohorte de 95 hommes participera à des groupes d'action communautaires autosélectionnés qui œuvreront en faveur de l'autonomisation et de la sécurité des femmes dans l'industrie minière.

Portée prévue

3 600 personnes devraient être touchées par les travaux du projet.

Contexte de la situation

Les sites d'exploitation minière artisanale et à petite échelle (ASM) de l'est de la République démocratique du Congo (RDC) produisent jusqu'à 70 % des minerais qui alimentent l'"écologisation" de l'économie mondiale par le biais de technologies propres. Pourtant, les sites d'ASM sont également des lieux où les femmes, qui représentent 50 % de la main-d'œuvre, sont confrontées à des niveaux élevés d'exploitation sexuelle pour accéder à des rôles liés à l'exploitation minière. Ici, 30 % des femmes ont déclaré avoir été harcelées par des hommes dans les mines, et seule une femme sur sept en a parlé avec d'autres. Une croyance fausse mais largement répandue veut que les femmes soient légalement interdites d'accès aux zones minières, ce qui conduit les hommes à les forcer à échanger des faveurs sexuelles contre le "privilège" de ne pas être dénoncés aux autorités, une forme courante et profondément préjudiciable d'exploitation et de violence sexuelles.

Approche du projet

L'intervention "Resource-ful Empowerment" vise à répondre au risque élevé de violence sexuelle auquel les femmes sont confrontées lorsqu'elles travaillent dans les villes de l'ASM dans l'est de la RDC. Dirigée par Action pour la Sauvegarde de l'Enfant et de la Femme Abandonnés (ASEFA) en partenariat avec le Groupe d'Appui à la Gestion Intégrée des Ressources Naturelles pour les Droits humains et le Développement Durable (GIRENAD), Solidarité des Femmes pour le Développement Intégré (SOFEDI) et l'Initiative Humanitaire de Harvard (HHI). Ensemble, les partenaires du projet s'efforceront de lutter contre l'exploitation sexuelle dans les sites miniers en recourant à l'éducation communautaire de base et à la mobilisation pour le changement des normes sociales, tout en promouvant la durabilité de l'environnement. Les communautés utilisant la version de la formation qui mettait l'accent sur l'empathie et l'interconnexion ont vu le harcèlement sexuel diminuer de 32 % à 19 %, tandis que la coercition sexuelle a été réduite de moitié, passant de 12 % à 6 %. Le projet soutiendra les secteurs de la transition écologique afin d'apprendre comment améliorer les risques et les menaces de violence sexuelle pour les femmes dans les chaînes d'approvisionnement et de valeur.