Bibliothèque

Le Réseau des femmes africaines pour la gestion communautaire des forêts (REFACOF) : Donner aux femmes africaines les moyens d'influer sur REDD+

Le Réseau des Femmes Africaines pour la Gestion Communautaire des Forêts (REFACOF) vise à apporter des contributions concrètes, significatives et efficaces à la gouvernance forestière afin d'influencer les politiques nationales et les cadres internationaux concernant les droits et la tenure des femmes dans les pays membres. Selon le droit coutumier africain, les femmes possèdent rarement des terres ou en héritent, et la seule façon dont elles peuvent y accéder est par le mariage ou par l'intermédiaire de leurs enfants mâles. Grâce à son travail de plaidoyer, REFACOF a pu proposer au gouvernement et au parlement des articles et des politiques forestières qui tiennent compte des intérêts des femmes et qui, en fin de compte, garantiront les droits des femmes dans la sylviculture et la gestion des ressources naturelles, ainsi que la REDD+ dans les années à venir. Le manque d'action collective parmi les organisations de femmes était un problème urgent qui a conduit REFACOF à mettre en place des interventions stratégiques de développement au niveau national et régional. En renforçant les réseaux de femmes et en s'associant aux hommes pour qu'ils puissent plaider en faveur d'une égalité globale entre les sexes, ce qui profite au bien-être général de la communauté, le REFACOF a clairement montré que les situations inéquitables ne sont pas une option.

M-REDD : Intégration du genre dans les politiques et les lois liées au changement climatique et à la REDD+ au Mexique : Une initiative nationale au niveau politique

Le programme REDD+ du Mexique (M-REDD) est un projet de six ans, financé par USAID, qui vise à renforcer la préparation et la mise en œuvre de la stratégie nationale REDD+ du Mexique en développant ses capacités institutionnelles et techniques, en apportant une contribution à l'architecture financière, en établissant des systèmes, en pilotant divers éléments de la mise en œuvre du mécanisme REDD+ - y compris les techniques de mesure, de notification et de vérification (MRV) - et en contribuant à faciliter le dialogue et à élargir la participation du public et la transparence dans le processus REDD+. Il est important de noter que le M-REDD a intégré une perspective de genre dès son lancement et met en œuvre des stratégies sensibles au genre, notamment en utilisant le mécanisme REDD+ comme une opportunité de renforcer la mise en œuvre des mandats nationaux pour faire progresser l'égalité des sexes et garantir la participation des femmes aux processus REDD+. Le projet s'efforce d'intégrer la dimension de genre par le biais de son intégration dans les processus nationaux de politique publique REDD+ et d'outils de pilotage dans les projets de terrain. Cela se fait en identifiant des outils qui peuvent rendre le rôle des femmes dans différentes activités de terrain plus explicite et qui peuvent être appliqués à différents stades de la mise en œuvre des projets de terrain, comme l'élevage sylvopastoral et l'agriculture de conservation, afin de promouvoir l'égalité des sexes dans les activités quotidiennes des gens. Avec sa récente prolongation, le M-REDD s'achèvera en 2017. Cette étude de cas met en évidence les stratégies visant à garantir que les considérations de genre sont comprises au niveau national et progressivement prises en compte dans le cadre juridique et politique de REDD+ au Mexique.
Brève

Feuilles de route du Cameroun, du Ghana et de l'Ouganda sur le genre et la REDD+ : Une initiative nationale au niveau politique

Les accords de Cancun de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC) en 2010 et les résultats de Durban en 2011 ont appelé à des stratégies et systèmes nationaux REDD+ pour fournir des informations sur la manière dont les garanties sont traitées et respectées afin d'intégrer les "considérations de genre". En 2011, l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), avec le soutien de l'Agence danoise pour le développement international (DANIDA) et en collaboration avec l'Organisation des femmes pour l'environnement et le développement (WEDO), a facilité la tenue d'ateliers participatifs et multipartites au Cameroun, au Ghana et en Ouganda pour créer des feuilles de route sur le genre et la REDD+. Les feuilles de route - les premières du genre - ont été produites pendant la première phase du projet pour chaque processus national et ont permis d'identifier les préoccupations, les parties prenantes et les actions concrètes spécifiques au contexte en matière de genre et de REDD+ afin d'intégrer et de renforcer le genre dans les processus et initiatives REDD+. Actuellement, chaque feuille de route, ainsi que le processus REDD+ national de chaque pays, se trouve à un stade différent de mise en œuvre. La création et la facilitation d'un groupe de travail sur le genre et la REDD+ (GTF), ou groupe de travail, est l'étape la plus récente pour faire avancer les résultats du projet et se rapprocher de son objectif ultime : renforcer l'intégration de la dimension de genre et des considérations liées au genre et au changement climatique dans les processus REDD+ nationaux efficaces en garantissant la participation des femmes au processus.
Brève